Le circuit de cette île est maintenu fermé par un mur, et s’il n’y avait pas l’inconvénient des hauts-fonds et des marais qui l’entourent, ce serait très délicieux. Vincenzo Coronelli, Isolario, 1696. Comme beaucoup d’autres îles de la lagune de Venise, San Lazzaro a accueilli, au Moyen Âge, des communautés religieuses et monastiques, mais était parfois utilisée pour d’autres fonctions, comme un lazaret et une usine d’armement, pour finalement rester semi-abandonnée, jusqu’à l’arrivée. et à la colonie de l’abbé Mechitar, en 1717. En 810, la Sérénissime confia l’île à l’abbé du monastère bénédictin de S. Ilario di Fusina. Au cours des siècles suivants, il sera utilisé par le Sénat comme un hôpital pour les pèlerins, un « lazaret », ainsi qu’un abri pour les pauvres. En 1182, le noble Leone Paolini obtint la permission de transférer l’hôpital des lépreux de S. Trovaso à l’île, qu’il reçut en cadeau de l’abbé Uberto. Désormais, elle s’appellera Isola di San Lazzaro, comme les hôpitaux de lépreux disséminés dans toute l’Italie. Une première église fut également construite à l’époque, peut-être dédiée à saint Léon le Grand. En 1348, la colonie de lépreux a été restaurée tandis que l’île passait à la cathédrale patriarcale de Saint-Pierre. L’église actuelle a été construite et dédiée à San Lazzaro, comme le montre l’inscription de l’architrave de l’ancienne entrée, maintenant dans l’atrium du monastère. Vers le milieu des années 1500, les lépreux étant réduits à très peu d’individus, le Sénat décida d’accueillir les pauvres de la ville à San Lazzaro et procéda à quelques restaurations. Mais en raison de la distance, l’hospice a été déplacé à San Giovanni e Paolo: en 1601, tous les meubles, les meubles sacrés et les reliques des saints ont été déplacés vers le nouvel emplacement et l’île a été abandonnée. En 1651, des réfugiés religieux dominicains de Crète, ont élu domicile à San Lazzaro, l’ont obtenu à louer à la confrérie des mendiants, et l’ont abandonné après 20 ans. En 1678, l’île fut cédée en concession aux jésuites, qui l’abandonnèrent peu après. Plus tard, elle est entre les mains d’un certain Cristoforo Freschi, qui doit cependant céder à l’ordonnance du Sénat de la République qui la transforme temporairement en usine d’armement pour répondre aux besoins de la guerre en Morée vénitienne. En 1696, San Lazzaro est mentionné par Coronelli comme habité par un aumônier qui y officie une messe quotidienne, avec la responsabilité de la garde, et par quelques jardiniers. En 1711, des nobles, tels que Paolo Pisani et Gian Francesco Labia, avaient l’intention d’y établir un hôpital et obtinrent l’autorisation des mendiants; cependant la conception ne passe pas et l’île reste à l’usage des jardiniers. ABBOT MECHITAR À SAN LAZZARO … ……. l’île en 1717 a été complètement abandonnée. Mais un homme né à Sébaste d’Arménie en 1675, et enflammé d’une sainte ferveur, avait décidé de ramener sa nation à l’unité des croyances religieuses … Ce digne homme était Mekitar … Et voici l’île de San Lazzaro, qui, lui ayant été cédée par la République, est revenue très commodément à sa conception. Il y restaure, ou presque reconstruit l’église et le couvent … Chronologie de l’île de San Lazzaro L’entrée de Mechitar à San Lazzaro Arrivé à Venise en 1715, dans sa recherche d’un siège pour la Congrégation, Mechitar est soutenu par le Sénat, en particulier par les Vénitiens connus en Morée, comme Angelo Emo et Alvise Sebastiano Mocenigo. Compte tenu du veto du Sénat sur la création de nouvelles congrégations religieuses dans la ville de Venise, il est proposé à l’abbé de choisir un lieu en dehors de la ville. Après mûre réflexion, Mechitar porte son attention sur San Lazzaro, qu’il visite à l’été 1716. Le 2 août 1717, le Sénat vénitien accorde à perpétuité l’île de San Lazzaro à Mechitar et à ses moines, qui y pénètrent le 8 septembre, anniversaire de la fondation de la Congrégation. Le doge est Giovanni Corner, descendant de Catherine, la dernière reine d’Arménie. La restructuration du complexe monastique À l’arrivée de Mechitar, l’île a une superficie de seulement 7000 mètres carrés et est dans un état de négligence, avec deux bons puits, un bâtiment dans des conditions précaires et quelques entrepôts semi-détruits, mais l’intuition de l’abbé voit en cette île le lieu approprié. Le Fondateur se consacra immédiatement aux travaux les plus urgents de réhabilitation et de reconstruction de certaines pièces et de l’église préexistante, qui furent achevés en 1723. L’année suivante, Mechitar commença à réaliser son projet de rénovation et de construction du nouveau monastère, à partir de l’aile nord, et progressa par lots jusqu’à l’achèvement du complexe en 1740 avec la bibliothèque monumentale et le réfectoire sous-jacent. Seul le clocher, dont il pose les fondations et dont les côtés sont ornés des armoiries de la Congrégation, est achevé après sa mort. Compte tenu de la rareté des moyens financiers, toutes les interventions en