Accueil

Nous suivre aussi

Bonjour,

Mekhitarian : pourquoi avoir choisi ce nom ?

Tous ceux qui ont fréquenté le collège Samuel Moorat connaissent ce nom, comme d’ailleurs la plupart des arméniens, entre nous, nous disions : le mekhit avec cette manie d’abréger tous les noms.

C’est aussi un clin d’œil à Mekhitar Appahayr, fondateur de l’ordre mekhitariste et grâce à qui, nous avons fréquenté ce collège.

Certains anciens élèves ont gardé un bon souvenir de leur passage entre ces murs, d’autres un peu moins, comme dans une famille, certains membres se fréquentent plus que d’autres. Dans les années fastes, on y venait de toute la France et aussi de l’étranger.

Passé, ses heures de gloire, le collège a connu des heures sombres et une fermeture de deux à trois décennies. Après quelques « péripéties », l’ACASM à repris en main le devenir de ce collège emblématique, pour lui redonner vie.

Ici, nous aimerions réunir un maximum d’anciens élèves, comme des arméniens soucieux de préserver cet établissement dans la communauté arménienne, et lui permettre de continuer à dispenser l’éducation arménienne, même si les méthodes et les outils d’aujourd’hui ont changés.

On pourrait penser avoir d’autres priorités, cependant, préserver et entretenir l’héritage que nous ont laissé nos anciens afin de les transmettre aux générations futures est une des conditions de rester fort et de pouvoir aider l’Arménie comme l’Artsakh.

Pour finir, nous devons avoir une pensée pour les vartabeds, qui ont consacré une partie de leur vie à nous éduquer, sans oublier Kouyrig Martha.

Une pensée pour nos professeurs.

Une pensée pour ces sans grades mais indispensables : surveillants, cuisiniers, « baba » qui nous servaient matins, midis et soirs.

Une pensée pour ces anciens élèves, qui ont aidé par divers moyens le collège à fonctionner.