Venise – Saint Lazare

  • Venise sert de cadre à la nouvelle Le fils du Titien où Musset, sous couvert de fiction, met en scène ses propres incertitudes face aux exigences contraires de la passion amoureuse et de la création artistique.Quelques année plus tôt c’est à Venise que Musset et George Sand, quittant Florence, avaient vécu un temps mouvementé de leur relation ; l’intrigue qui se noue entre le Tizianello et Béatrice ne suit pas le même cours, mais l’emprise des lieux et le rythme qu’ils imposent au couple fictif doivent beaucoup au souvenir. Dans un cas comme dans l’autre, le huis-clos vénitien exacerbe les tensions, avive un antagonisme que seul peut désarmer, un temps, l’appel des îles voisines : « après le repas, ils montaient en gondole, et s’en allaient voguer autour de l’île des Arméniens ; c’est là, entre la ville et le Lido, entre le ciel et la mer, que je conseille au lecteur d’aller, par un beau clair de lune, faire l’amour à la vénitienne ».
  • Émilie Cappella, Alfred de Musset à Venise, Editions Magellan & Cie, Paris 2004
    Bibliographie : « Le fils du Titien », La Revue des deux mondes, 15 mai 1838

 

Source :

Source : http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/fr/6histoire/a_d/19_musset_sand.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.