Un doux rêve

Vous êtes un ancien de Sèvres, d'un autre Mekhitarian, un ami ou un visiteur.
AHA
Site Admin
Messages : 18
Inscription : 07 janv. 2021 16:44

Un doux rêve

Message par AHA »

J’avais un vieux rêve qui s’est partiellement réalisé, à savoir : un dictionnaire arménien en ligne, j’aurais aimé à l’instar des Larousse, un dictionnaire avec un volet de noms communs et un volet de noms propres.
Pour les noms communs, www.nayiri.com qui est le meilleur dictionnaire multilingue ( arménien, français, anglais, allemand, russe, turc) avec 129 dictionnaires différents et deux livres numérises plus un correcteur orthographique arménien occidental gratuit, en ligne . Ses anciens dictionnaires nous prodiguent plusieurs acceptions pour un mot recherché. Son auteur numérise de nouveaux dictionnaires, ce qui étend continuellement le champ de nos recherches.
Avec les nouvelles technologies, notamment l’informatique couplée à Internet et ses applications gratuites permettent des possibilités qui pourraient nous être très utiles. Mon rêve et je me suis exprimé plusieurs fois à ce sujet sans rencontrer beaucoup d’écho : Des cours d’arménien occidental, voir oriental online.
Le coût matériel est infime voir nul, je suis très étonné que les pères mekhitaristes n’y ont pas pensé, eux qui sont les mieux à même de mener ce projet à son terme.
Je ne parle pas des apprentis sorciers qui prétendent vous apprendre l’arménien en 24 leçons et ceux qui veulent vous apprendre l’arménien phonétiquement.
Mon rêvé donc est de : de faire des vidéos par module allant du B à BA jusqu’à….., pourquoi pas y ajouter des cours de littérature, d’histoire, de civilisation, d’architecture de musique…
Les avantages sont immenses :
1- Pas besoin de commencer les cours en début d’année scolaire, on peut commencer quand bon nous semble, quand nous avons décidé, quand c’est possible.
2- Pas besoin de commencer par le début, si l’on a déjà des notions, on commence où on a des lacunes.
3- Fini les cours du samedi après midi ou du mercredi, dans des classes de plusieurs niveaux , avec des élèves de tranche d’âge différents, où les adolescents côtoient les adultes voir très adultes, où le professeur bénévole est parfois absent ou absente selon ses obligations familiales de de santé.
4- Possibilité de de suivre les cours gratuitement, quel que soit son âge, de chez soi, de Marseille ou de Trifouilly les oies, de France ou d’ailleurs.
5- Possibilité de voir ou revoir autant de fois que l’on désire le même cours que l’on a mal assimilé, avant de passer au suivant.
6- Fini la course pour arriver à temps au cours, qui parfois est éloigné de son domicile ou de son travail.
7- Terminé ces cours ratés pour des causes diverses, mais qui finissent par créer des lacunes dans l’apprentissage et qui finissent par décourager l’élève.
8- Fini les cours payant où on doit suivre une méthode, qui est limites dans le temps.
9- fini les profs bénévoles qui ont des connaissances et des compétences limitées.
Comme on peut le constater, les avantages sont nombreux, cerise sur le gâteau, si le cours est suivi par beaucoup d’élèves (il n’y a pas de limite sur le nombre et sur la distance) ces cours peuvent générer de l’argent à leurs auteurs.
Youtube permet de diffuser gratuitement ces vidéos.
Pour le matériel de l’enseignant : une caméra ou un smartphone ( une vidéo faisant 20/ 30 mn), un pied, un tableau ou un paperboard serait un must. Cout : peanuts
On pourrait ajouter un site web pour poser des questions et avoir les corrigés en ligne
Pour finir, reste le principal, mais le plus compliqué : la volonté de concocter et de faire ces modules d’enseignement. Je le dis et répète, il me semble que les pères mekhitaristes sont les plus à mêmes de mener ce projet à son terme, ils ont les connaissances, les compétences, ils sont tous polyglottes et c’est leur vocation.
Problème : aujourd’hui les vartabeds sont sous la coupe de Mgr Zekiyan, l’homme de main du Vatican chargé de vendre ou de brader les biens des mekhitaristes au profit du Vatican.
J’ai suivi des cours d’arménien oriental, car le cours manquait d’élèves et était sur le point d’être supprimé, ces cours sont échelonnés sur trois ans, ceux qui vont jusqu’au bout, ni ne parle ni écrivent l’arménien à leurs sorties, seuls ceux qui maitrisaient déjà la langue, l’écriture et la lecture tiraient leur épingle du jeu. Le professeur n’est pas forcément en cause, il y a peu d’heures, dans un temps limité, ces cours sont payants pour les adultes et pas toujours à des heures qui conviennent.
Répondre